Protéger l’environnement

Partager :  
  • Facebook
  • Twitter
  • viadeo FR

Des ressources naturelles préservées et moins de déchets produits

  • Plus de 90% du poids des lampes sont recyclés. Par exemple, pour fabriquer de nouveaux tubes fluorescents, on utilise le verre des tubes fluorescents usagés à la place de la matière première principale, le sable, qui compose le verre à 70%. C’est ce qu’on appelle le recyclage en boucle fermée.
  • L’utilisation de débris de verre, appelés calcin, permet d’économiser 700 kg de sable par tonne de verre fabriqué. On économise également 150 kg de soude ou potasse et 100 kg de calcaire. Par ailleurs, les composants recyclés sont autant de déchets en moins à mettre en décharge ou à incinérer.

Des économies d’énergie faciles

  • Produire des tubes fluorescents à partir de calcin nécessite moins d’énergie qu’à partir de sable puisque le verre fond plus facilement que le sable. On économise également l’énergie nécessaire à l’extraction du sable.
  • 1 tonne de calcin utilisée permet d’éviter le rejet de 500 kg de CO2 en moyenne, soit l’équivalent des dépenses énergétiques de l’habitat d’un français durant une année (chauffage, électricité, etc.)

Zéro pollution au mercure

  • Si le mercure contenu dans une lampe en infime quantité (0,005 %) ne représente aucun danger en cas de « casse », il devient potentiellement dangereux pour l’environnement à l’échelle des dizaines de millions de lampes arrivant en fin de vie chaque année si elles ne sont pas traitées. Néanmoins, le mercure est indispensable car c’est le composant qui permet aux lampes de consommer peu d’énergie tout en éclairant très efficacement.
  • Le recyclage des lampes permet de récupérer et neutraliser le mercure et d’empêcher son rejet dans l’atmosphère ou dans les sols.

Haut de pageHaut de page